La Côte d’Ivoire se relance dans la caféiculture avec “123.924 tonnes de café réceptionnées au 9 décembre 2018” contre moins de 41.500 tonnes pour la campagne écoulée, soit une hausse d’environ 200%, a-t-on appris de source officielle jeudi à Abidjan.

Au 9 décembre 2018, les réceptions de café tout venant s’établissent à 123.924 tonnes, soit une hausse d’environ 200% par rapport à la campagne 2017-2018, a indiqué le directeur général du Conseil café-cacao (en charge de la gestion de la filière), Yves Brahima Koné, en prélude à l’ouverture de la campagne de commercialisation du café.

La campagne de commercialisation du café pour la période 2018-2019 s’ouvre lundi avec un prix garanti bord champ fixé à 700 francs CFA/kg, en baisse de 50 francs CFA par rapport à la campagne écoulée en raison de la conjoncture du marché international du café.

“Le marché international du café est extrêmement mauvais”, selon Yves Brahima Koné qui explique la situation par “une offre mondiale très élevée” avec une production record de près d’un million de tonnes pour le Vietnam et 680.000 tonnes pour l’Indonésie et un “dumping” opéré par les concurrents majeurs de la Côte d’Ivoire.

Actuellement 15e producteur mondial et 3e producteur africain de café, la Côte d’Ivoire occupait dans les années 1970 les rangs de 3e producteur mondial et de 1er pays africain avec une production annuelle de 400.000 tonnes.

Pour permettre au pays de reprendre sa place, le gouvernement a mis en oeuvre depuis octobre 2013 un programme de relance de la caféiculture en Côte d’Ivoire d’un montant de huit milliards de francs CFA (16 millions de dollars) mené par le Conseil du café-cacao avec pour objectifs de “redynamiser” le secteur pour “induire la création de valeur ajoutée” sur le produit “origine Côte d’Ivoire” et d’atteindre 400.000 tonnes en 2020.

Le programme prévoit la réhabilitation de plus de 75.000 hectares de vergers, l’appui au renforcement des capacités de plus de 100.000 producteurs et l’augmentation de leurs revenus, sans compter l’introduction d’une nouvelle variété pour “révolutionner la filière”.

Une nouvelle variété de café, entrant en production dès 12 mois et en cours de vulgarisation en Côte d’Ivoire, a été mise au point par le Centre national de recherche agronomique (CNRA).

Plus d'articles Connexes