Le Collège national des producteurs d’oignon a vu le jour hier, à Thiès, à l’issue d’une Assemblée générale. Un pas important vers la création d’une interprofession oignon représentative, légitime et légale au Sénégal.


Après des années de gestation, les leaders de la filière ont réussi à mettre sur pied un bureau consensuel, présidé par M. Boubacar Sall. Un collège des commerçants sera aussi mis en place. Ces deux entités déboucheront sur la création d’une interprofession oignon représentative, légitime et légale au Sénégal. « Nous sommes à mi-chemin d’un parcours qui nous a pris presque trois ans. Nous avons démarré le processus depuis 2015. La loi d’orientation agro-sylvo-pastorale, en son article 25, stipule que les organisations de producteurs doivent se regrouper autour d’un produit ou d’un groupe de produits pour constituer une organisation interprofessionnelle agricole. C’est ce qui nous a guidés dans cet appui à la filière oignon », a expliqué le secrétaire exécutif du Fonds national de développement agro-sylvo-pastoral (Fndasp).

Pour Jean-Charles Faye, le volet de la transformation sera également pris en compte. « Une économie sans transformation, est une économie incomplète. Il y a une unité de transformation d’oignon en poudre qui va être mise en place sur la vallée, vers Podor. Mais, l’ultime étape sera la mise en place de l’interprofession oignon au Sénégal. C’est pour permettre que les acteurs puissent prendre leur destin en main. Qu’ils puissent porter l’économie du Sénégal à un niveau très élevé. La vérité est que, ce sont les acteurs privés qui doivent porter le développement », a estimé M. Faye.

Cet exercice, selon le directeur de cabinet du ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, chargé de l’Accompagnement et de la Mutualisation des organisations paysannes, découle de la volonté de l’Etat du Sénégal qui a consacré l’oignon parmi les filières prioritaires du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas). « Elle découle aussi de l’engagement des acteurs de la filière, et c’est l’occasion de rendre hommage aux leaders ici présents qui n’ont ménagé aucun effort pour l’aboutissement du processus. Ils ont accepté de se soumettre aux règles de la démocratie participative et représentative en mettant en jeu leurs postes pour une bonne restructuration de l’interprofession », a salué Tidiane Sidibé qui a présidé la cérémonie de clôture de l’Assemblée générale.

Plus d'articles Connexes