L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a indiqué qu’elle cherchait des moyens de faciliter l’accès des agriculteurs aux services après avoir lancé une série d’applications mobiles pour l’agriculture. Les applications visent à améliorer la productivité agricole grâce à l’utilisation des technologies numériques dans le cadre du projet intitulé “Services agricoles et inclusion numérique en Afrique”. Le projet a été mis à l’essai au Rwanda et au Sénégal depuis l’année dernière. Il sera étendu à d’autres pays africains, selon un responsable de la FAO. Au Rwanda, il a été testé avec 50 agriculteurs du district de Rulindo. Quatre applications mobiles ont été développées pour relever les défis identifiés en agriculture, notamment le changement climatique et les mauvaises pratiques agricoles. Les applications incluent la météo et le calendrier des cultures, qui combine les prévisions météorologiques avec les calendriers de récolte.

Une autre solution, intitulée Cure and Feed your Livestock, traite de la lutte contre les maladies animales et de l’alimentation, tandis qu’AgriMarketplace traite des prix des cultures des marchés locaux. L’application e-Nutrifood consiste à produire, conserver et consommer des aliments nutritifs en sensibilisant les gens à une alimentation saine et en s’attaquant aux problèmes de malnutrition. Il est coordonné par la Division de l’information et de la technologie de la FAO, en collaboration avec les institutions locales. Lors de l’atelier de validation des parties prenantes pour le projet à Kigali mercredi, la question de l’accessibilité économique des services est apparue du fait que certains agriculteurs pratiquent une agriculture de subsistance, donc incapables de se les payer. Ils ont appelé à subventionner les services pendant la période initiale afin que les agriculteurs puissent d’abord tirer profit des technologies.

Cesar Alvarez, responsable principal des technologies de l’information à la FAO, a déclaré qu’il envisageait de négocier avec des sociétés de télécommunication telles que MTN et Airtel [-Tigo] sur la manière dont les agriculteurs peuvent facilement accéder aux services. “Nous suggérons que pendant les premiers mois, les agriculteurs doivent avoir confiance qu’ils reçoivent un bon projet”, a-t-il déclaré. «La plupart d’entre eux sont des agriculteurs pauvres; si nous pouvons le faire [fournir les services] gratuitement en six mois, ils [les entreprises de télécommunications] vont avoir de nouveaux clients », a-t-il fait remarquer, indiquant que l’agriculture est pratiquée par des millions de personnes au Rwanda, ce qui est une énorme marché des entreprises de télécommunication à exploiter. Il a ajouté que ces services aideront les agriculteurs à accéder aux informations dont ils ont besoin pour choisir en connaissance de cause les cultures qu’ils doivent cultiver, le lieu de vente de leurs produits à des prix avantageux et la manière de lutter contre les maladies qui affectent leur bétail, entre autres.

Sam Barigye, directeur des TIC au ministère de l’Agriculture et des Ressources animales (MINAGRI), a déclaré qu’en fournissant aux agriculteurs des informations sur les sources d’approvisionnement en aliments pour animaux et en médicaments, ainsi que des services de vulgarisation sur leur utilisation, le projet contribuera à accroître la productivité de l’élevage. «En soignant et en nourrissant le bétail, si vous traitez les animaux à temps, vous évitez les décès massifs, mais aidez plutôt à maintenir la production. Si vous nourrissez bien le poulet, il deviendra plus productif », a-t-il observé. Diverses options d’accès aux services Pour obtenir les services basés sur la technologie, un agriculteur peut télécharger une application Web (pour ceux qui ont un téléphone intelligent) ou utiliser SMS (pour ceux qui ont un téléphone supplémentaire). Le système dispose également d’une option vocale permettant aux agriculteurs ayant des difficultés de lecture et d’écriture d’accéder à des informations sous forme de messages vocaux.

Plus d'articles Connexes