L’ambassadeur de Belgique au Sénégal, Colyn Philippe, et le secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Dogo Seck, ont procédé vendredi à l’inauguration des 4 ouvrages du projet Bassins de rétention et de valorisation des forages (BARVAFOR), à Notto Diobass, dans la région de Thiès (ouest).

Le projet BARVAFOR a été cofinancé par l’Etat du Sénégal et la coopération belge, pour un montant de 7,8 milliards de francs CFA.

Il vise le renforcement de la production sylvo-pastorale par l’accès durable à l’eau productive dans les zones rurales de Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack et Thiès, a expliqué le diplomate belge.

Les quatre ouvrages répartis le long de la vallée du Diobass, dont 3 ouvrages en semi-filtrants, comme celui de Ndioukhane, ont pour but de recharger la nappe phréatique et le barrage de rétention de Hanène, en vue de retenir les eaux de ruissellement durant la saison des pluies.

De cette manière, les périmètres maraichers de la zone peuvent servir pour les cultures de contre-saison, a indiqué l’ambassadeur belge.

Il souligne que dans le cadre de sa coopération avec le Sénégal, son pays a réalisé 27 ouvrages hydro-agricoles, dont 25 sont déjà achevés et 18 faisant actuellement l’objet de valorisation agricole.

Ainsi, un total de « 11 millions de m3 » est désormais mobilisable autour des ouvrages déjà réalisés sur 2000 hectares aménageables pour la riziculture ou le maraichage, a précisé Colyn Philippe.

Le secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural a lui souligné la question de l’appropriation et de la pérennisation de ce projet qui se termine « bientôt », selon lui « un défi à relever afin que ce potentiel de valorisation agricole, participe à l’émergence agricole, pour l’autosuffisance alimentaire et de création d’emplois ».

L’appui de la coopération belge a d’ores et déjà « permis la réalisation de tels ouvrages pour booster l’agriculture et la culture, particulièrement le riz et le maraichage, dans cette zone du Notto Diobass où les terres sont longtemps restées arides’’, s’est félicité Dogo Seck.

Il a promis aux producteurs et agriculteurs de la zone, l’accompagnement du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, par le biais d’équipements en matériel agricole, intrants, semences et engrais, « afin que les jeunes de ces terroirs puissent rester sur place » et trouver des emplois.

Dans cette perspective, le projet BARVAFOR permet d’aménager entre 700 à 900 hectares dans la zone du Notto Diobass, des surfaces dédiées à la riziculture et qui devraient générer 5000 emplois pérennes.
Le représentant des producteurs de la zone du Diobass, Samba Guèye, a salué la réalisation de ces ouvrages hydrauliques, qui permettent un plus grand accès à l’eau, pour « une bonne productivité agricole » dans cette localité, autrefois première zone de production de fruits et légumes de la région de Thiès.
Il a fait état de besoins en intrants agricoles et en matériel lourd, en particulier en tracteurs, « pour favoriser des cultures à grande échelle Notto Diobass ».
Source : http://aps.sn/actualites/economie/agriculture
Plus d'articles Connexes