La filière lait local au Sénégal, malgré un cheptel bovin très important, peine à se développer réellement et laisse la place aux importations massives de poudre de lait. Cependant depuis plusieurs années, des unités de transformation laitières, présentes surtout à la périphérie des villes secondaires, dans les bassins de production, proposent une offre plus locale.


arton202

Le Gret appuie depuis une quinzaine d’années, des unités de transformation laitières qui s’activent dans la valorisation du lait local. Ces unités, communément appelées mini-laiteries, ont des capacités de production souvent inférieures à 300 litres et emploient moins d’une dizaine de personnes. Cependant elles jouent un rôle déterminant dans le développement de la filière lait locale. En effet, grâce aux mini-laiteries, le consommateur sénégalais a maintenant le choix entre des produits laitiers fabriqués à partir de lait en poudre importé et des produits laitiers provenant des exploitations familiales sénégalaises.

WP_20160113_001A travers différents projets (Prolait et Profils, Milky way to development, Galo), le Gret renforce les mini-laiteries sur le plan technique, économique, financier, commercial et réglementaire. Le but est d’accompagner les unités dans la création d’une entreprise économiquement viable, fabriquant des produits de qualité répondant aux attentes du marché, dans le respect de la législation en vigueur dans le pays.

Pour cela, plusieurs activités sont mises en œuvres en collaboration avec les promoteurs, propriétaires, gérants, employés et éleveurs membres des mini-laiteries :

  • Diagnostic des unités : il s’agit d’assister à toutes les étapes de la vie du produit, depuis la traite, la collecte, la transformation, la distribution afin identifier les points à améliorer ;
  • Etude de marché : cette étape est très importante car elle permet de connaitre l’environnement de l’entreprise, de comprendre les attentes des clients et des consommateurs, d’analyser l’offre concurrente, les prix et d’identifier les avantages concurrentiel des réseaux de distribution ;
  • Appui à l’acquisition de matériel  de contrôle du lait et de transformation selon les besoins ;
  • Formations : tous les intervenants de la chaîne doivent être formés pour de meilleurs résultats. Les gérants et/ou propriétaires des laiteries quant à eux sont invités à suivre l’ensemble des formations :
    • Les éleveurs sont formés à une meilleur hygiène de traite ;WP_20151216_001
    • Les collecteurs et transporteurs sont sensibilisés à une bonne hygiène de traite et sur l’importance de diminuer au maximum la durée du transport ;
    • Les transformateurs sont sensibilisés sur les dangers sanitaires et sont formés aux bonnes pratiques d’hygiène, aux bonnes pratiques de transformation, en gestion et en contrôle qualité ;
    • Les gestionnaires sont formés en calculs de coûts et sur les outils de gestion.
  • Respect de la réglementation : il s’agit de s’assurer du statut légal de l’entreprise, de l’octroi de l’autorisation de vente et de la conformité du conditionnement à la loi sur l’emballage des produits alimentaires ;
  • Appui commercial : une communication sur les produits de l’unité peut être conçueWP_20151006_027 avec le promoteur avec  des spots publicitaires ou/et des affiches de façon à les faire connaitre. La relation clients est également très importante car les distributeurs sont les relais entre les consommateurs et la mini-laiterie ;
  • Suivi : cette étape est primordiale car permet de vérifier le respect des pratiques décidées conjointement et de suivre les progrès de l’entreprise.

Le résultat attendu des différents appuis est la pérennité des entreprises et un bénéfice croissant pour tous les parties.

En 2016, le Gret a appuyé trois mini-laiteries :

  • La mini-laiterie ADID (Association pour le Déceloppement Intégré et Durable) située à Dahra (Louga), appuyée dans le carde du projet « Milky Way to Developement », mené par le RBM (Réseau Billital Maroobé), financé par la coopération danoise DANIDA.
  • La mini-laiterie ADENA, (Association pour le Développement de Namarel), située à Namarel (Podor), appuyée dans le carde du projet « Milky Way to Developement », mené par le RBM (Réseau Billital Maroobé), financé par la coopération danoise DANIDA.
  • La mini-laiterie Maarewee Aynoobe, située à Kolda, dans le village de Saré Yoba. Appuyée dans le cadre du projet Galo (Gouvernance Associative et leadership des organisations), financé parla plateforme d’innovation du Projet.
Plus d'articles Connexes