L’agro-alimentaire est un secteur qui de nos jours est en plein développement grâce à l’influence des femmes transformatrices qui ne cessent d’être de plus en plus innovantes dans ce domaine. Ces dernières de par leur créativité et leur savoir-faire, occupent une place très importante dans ce secteur, notamment au Sénégal, ou elles utilisent comme matière de base pour la majeure partie les produits locaux. L’utilisation de ces produits locaux est une chose extrêmement importante surtout dans le contexte du Sénégal qui demeure un pays ou les produits locaux sont plus ou moins négligés en faveur des produits importés.

Ces femmes sénégalaises constituent donc un pilier dans le secteur agro-alimentaire au Sénégal, car elles valorisent nos produits locaux en les transformant par des produits de qualités qui peuvent être consommés sans courir de grands risques au niveau de la santé. Grâce à ces femmes, l’industrie agroalimentaire sénégalaise est la deuxième en Afrique après celle de la Côte d’Ivoire. La dernière décennie a vu naître de nombreuses petites et moyennes entreprises de transformation et commercialisation des produits issus du terroir. L’artisanat agroalimentaire est très présent sur l’ensemble des filières agricoles. Le développement des transformateurs privés, artisans et petites entreprises, qui visent le marché intérieur permet de répondre en partie à l’explosion de la demande urbaine sur la base de produits locaux : produits laitiers, jus de fruits, légumes, céréales etc. Ces sociétés se développent et, même si elles ne sont pas encore très influentes, sont pourvoyeuses d’emplois et contribuent au tissu économique local. Cependant, bien que l’activité de ces femmes transformatrices soit en plein essor, ces dernières ne sont pas à l’abri de plusieurs contraintes qui font qu’elles éprouvent des difficultés à se développer.

En effet, le manque d’équipements et de maîtrise de la qualité, les difficultés d’accès au crédit, aux conseils et aux formations spécialisées freinent encore le développement de ce secteur. Dès lors, il serait favorable pour les autorités sénégalaises qui travaillent dans ce domaine de beaucoup plus s’impliquer dans l’activité de ces femmes transformatrices en leur apportant le soutien nécessaire pour qu’elles puissent remédier aux contraintes qu’elles rencontrent dans la mesure où ce secteur agro-alimentaire dispose d’un très fort potentiel. Ainsi, le développement de ces femmes transformatrices pourra non seulement engendrer une large création d’emplois, mais aussi contribuer à relever le défi de ce pays en nourrissant les populations sur la base des ressources qui fondent leurs identités c’est-à-dire leurs produits, leurs compétences, leurs savoir-faire.

Plus d'articles Connexes