Exilé fiscal résidant à Berne en suisse, Jean-Claude Mimran est un français qui s’est très tôt aventuré dans le monde de l’agro-alimentaire. C’est à l’Age de 27 ans vers 1972 que commence pour lui l’aventure dans le monde des affaires après que son père l’ait envoyé au Walo pour travailler dans le cadre d’un projet d’implantation de canne à sucre, sur un bout de terre perdu vers la boucle du lac de Guiers. Contre toute attente, ce projet donna vite naissance à une entreprise, la Compagnie Sucrière Sénéglaise (CSS) implantée à Richard-Toll qui devint rapidement la référence industrielle au Sénégal. C’est en 1975 suite au décès de son père Jaques Mimran, qu’il prend les rênes de l’entreprise, sans contrarier la ligne de conduite tracée par son prédécesseur. La CSS a donc été fondé par son père Jacques Mimran suite à un projet lancé par le président Leopold Sédar Senghor. Malheureusement, Jaques Mimran est décédé avant de voir carrément tourner son affaire et c’est ainsi que Jean-Claude s’est fixé le défi de diriger avec poigne et de faire grandir cette entreprise à laquelle il est viscéralement attaché. Ce fut un défi qu’il a excellemment relevé car l’électricité, l’eau et les plans d’aménagements jaillissent autour des 8200 hectares des plantations de canne à sucre. De nos jours il est devenu un milliardaire français grâce à son sens des affaires, un travail ardu et une grande passion pour son entreprise. Epaulé par ses deux frères, il est actuellement président du groupe Mimran qui constitue un groupe familial franco-sénégalais créé au début des années 1970.

Jean-Claude Mimran préside le pôle industriel du groupe dont les activités (agroalimentaire, négoce de céréales, transport maritime et secteur bancaire) sont essentiellement concentrées en Afrique, surtout au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Au Sénégal, le label Mimran fait beaucoup de recettes. Le groupe est le second employeur du pays, après l’Etat. Porté par les Grands Moulins de Dakar, qui ont ramené au groupe une dizaine de milliards de FCFA en 2008, la Compagnie Sucrière Sénégalaise, dotée d’un capital initial de 31 millions d’euros avec ses quelque 6000 salariés, ne pèse pas moins de 80 millions d’euros en chiffre d’affaires, ces dernières années. Ex-propriétaire de la CBAO (Compagnie bancaire ouest-africaine), le groupe Mimran a décidé, en 2008, de vendre ses parts au groupe marocain Attijari, devenu l’actionnaire majoritaire. En Côte d’Ivoire, le groupe mimran est très présent, via sa filiale SOMETRA, domiciliée à Monaco mais aussi au Pays-Bas, par la holding Maxhill.
Afin de permettre au pays d’accéder à l’autosuffisance en sucre dès 2015, Jean-Claude Mimran entreprend, à la demande de l’Etat sénégalais, de développer sa filiale locale et investit à cette fin plusieurs centaines de millions d’euros dans un programme destiné à générer la création de milliers d’emplois permanents.
La cinquantaine dépassée, ce juif à la silhouette frêle, a bâti un empire industriel. Fuyant les plateaux de télévision et les mondanités, l’homme a tissé sa toile de l’agroalimentaire à l’immobilier, en passant par les banques et le transport maritime.
.

Plus d'articles Connexes