Sachant que les aléas environnementaux ne cessent de croitre, ainsi que ceux liés à la santé et à la nutrition, les gouvernements, les organisations, les et les institutions réunis autour du développement durable sont de plus en plus penchés sur la question du potentiel des jardins scolaires. Les jardins scolaires sont des espaces de cultures aménagés autour des écoles ou près de celles-ci qui permettent aux élèves de s’initier aux activités agricoles. Ainsi ces jardins sont entretenus en parties par des élèves. Les jardins produisent essentiellement des légumes et des fruits, ces activités peuvent également être associées à l’élevage d’animaux de petite taille, la pêche, l’apiculture, aux plantes ornementales et d’ombrage ainsi qu’à la production sur une petite échelle d’aliments de base. On met en place des jardins scolaires pour différentes raisons.

Ce concept favorise un bon régime alimentaire, l’éducation nutritionnelle et le développement de capacités pratiques relatives aux moyens d’existence et qui sont aptes à divulguer cet apprentissage de différentes manières au-delà de l’école elle-même. Il est possible que cette attention portée à l’aspect éducationnel représente une meilleure contribution à long terme en faveur de la santé nationale et de la sécurité alimentaire. Les enfants en âge scolaire ont besoin d’un bon régime alimentaire de façon à se développer et grandir correctement, à pouvoir étudier, à se protéger contre les maladies et à avoir suffisamment d’énergie pour affronter la journée

Certains pays ont des politiques bien établies, elles associent notamment les jardins scolaires à l’alimentation des élèves et donc améliorent leur nutrition et leurs habitudes de consommation. Quand l’objectif du jardin est d’accroître l’apport de micronutriments dans le régime alimentaire de groupes vulnérables, la nutrition et les habitudes alimentaires locales devraient faire partie des principaux facteurs à prendre en compte lors de la sélection des cultures.

Plus d'articles Connexes