L’élevage de volailles est une activité menacée pendant la saison des pluies. Cette pratique à laquelle certaines personnes s’adonnent se voit paralysée par les lois de la nature.

L’élevage de volailles est la production et l’entretien des animaux de la basse cour. C’est une activité très prisée dans certaines zones du pays surtout dans la zone des Niayes où l’on note une forte présence de fermes avicoles. Toutefois, l’élevage de volailles connaît des difficultés pendant l’hivernage. Les éleveurs affirment que ce n’est pas facile pendant ce temps là car ils rencontrent plusieurs obstacles dus à l’humidité,  à la forte chaleur mais aussi aux maladies hivernales qui font des ravages. En effet ils prennent beaucoup de précautions pour sauver leur mise. Ainsi ils sont plus motivés, s’investissent plus et fournissent beaucoup d’efforts pendant cette période. Les dépenses sont beaucoup plus fréquentes et énormes. Ils doivent inlassablement veiller à l’hygiène de vie de leurs volailles et celle des lieux pour assurer une bonne santé et réduire les risques de maladie comme la grippe aviaire ou la fièvre de Newcastle qui emporte la plupart du temps, presque toute  la production.  En outre il est aussi difficile de procéder à une bonne commercialisation des produits en cette période. La production est perturbée et l’éleveur  perd énormément de profit. Cette perturbation a un impact sur  le marché vu que l’accroissement de la volaille s’estompe. Alors le poids recquis pour la commercialisation n’est pas atteint. Dans ce cas, la vente devient presque impossible au risque de rabaisser les prix et l’éleveur perd tout bénéfice soit par la mort prématurée des volailles, soit à cause d’une maladie qui retarde leur croissance .Ce qui n’est pas facile pour ces acteurs qui sont obligés de s’y faire et qui ne comptent que sur la prévention pour réduire les dommages. Les menaces liées au climat  ne sont pas seulement dues aux maladies mais aussi à la contrainte des lois du marché. Ainsi concernant de la commercialisation, le consommateur achète les produits en fonction du poids, et de l’âge. Si l’offre n’est pas adéquate ou si elle n’est pas adaptée à la demande, c’est le producteur qui perd et là un énorme problème se pose. Non seulement ces producteurs auront des difficultés d’écouler leurs produits sur le marché mais aussi ils continueront de faire des dépenses inutiles car ils seront obligés de les  nourrir pour ne pas les laisser mourir de faim, même s’ils savent que ce sera perdu d’avance.

La saison hivernale est une catastrophe pour la volaille même si c’est un phénomène tout  à fait naturel. La seule manière de diminuer les dégâts qu’elle engendre est de bien veiller à la prévention des potentiels risques de maladies, et aux moyens d’y remédier, afin de pouvoir sauver le maximum de la production           .

Awa Diop Camara

 

Plus d'articles Connexes