L’honneur est toujours au plus offrant, mais Soukeyna Ndiaye Ba ne lésine pas sur les moyens. Ce noble chemin n’est jamais long pour cette femme qui a greffé l’émancipation de la femme à sa vie. Alors plus qu’un combat, elle en fait un sacerdoce.  Un challenge très exigeant dans un  pays où certaines pesanteurs sociales continuent encore d’endiguer les multiples efforts de celles qui veulent émerger, mieux s’imposer comme actrices dans les sphères de décision. Ainsi, pour sortir de cette cave sociale, les études sont, pour Soukeyna Ndiaye Ba, le meilleur bouclier dans cette guerre spirituelle. Elle enchaine les diplômes dans les plus prestigieuses Universités au monde. A la Sorbonne- Paris V, en France, Madame Ba décroche un diplôme en Sociologie avec comme spécialité Gestion de projet de développement et en Micro-Finance. A l’université de Harvard, aux Etats-Unis, elle se distingue également avec un diplôme en Business Management.

Un parcours riche en savoir et en expérience qu’elle imprime dans les secteurs, et pas des moindres, auxquels Soukeyna Ndiaye Ba a servi. De novembre 2002 à Mai 2005, elle a été choisie par le gouvernement d’Abdoulaye wade, pour prendre les charges du ministère de la Coopération décentralisée et de la Planification régionale du Sénégal. Trois années durant lesquelles madame le Ministre dévoile ses talents dans ce domaine qui ne lui est guère étranger, mais surtout cette expérience lui a permis d’éperonner ce génie qui sommeillait en elle : une femme leader. La suite de son cursus professionnel doré ne fait que confirmer ce fait. Soukeyna Ndiaye Ba est la fondatrice et Présidente de la première institution de Micro Finance dédiée aux Femmes Entrepreneurs du secteur informel au Sénégal, la Femme Développement Entreprise Afrique (FDEA). Une micro finance, fondée depuis 1987, et qui a pour mission « d’ offrir un cadre institutionnel et faciliter l’accès au crédit et à l’épargne aux populations issues des milieux défavorisés, aux femmes et aux jeunes entrepreneurs du secteur informel pour faciliter et renforcer leur insertion et leur présence économiques ». Aujourd’hui, la FDEA s’étale sur huit régions au Sénégal et permet surtout aux femmes d’intégrer le tissu économique. Et pour cela, l’agriculture et l’élevage constituent les domaines par excellence où  les femmes et les jeunes peuvent développer l’entrepreneuriat. A travers le Fond d’Appui au Développement Rural (FADSR), la FDEA, grâce à une coopération bilatérale, octroie une ligne de crédit qui varie de 100 000F à 1 000 000F  aux femmes qui s’activent dans les embouches ovines, bovines, la commercialisation avicole, mais aussi dans les productions et la commercialisation des produits maraichers. Une coopération bilatérale qui  permet à de nombreuses femmes de bénéficier d’un financement avec un taux d’intérêt de 6,5%.

Dans la mesure où définir des limites à l’engagement de Soukeyna Ndiaye Ba pour sa communauté, c’est minorer l’allure de la détermination de cette femme qui a ébranlé plusieurs barrières sociales, elle fonde, cofonde et est également membre de plusieurs  organisations et fédérations régionales, sous régionales et internationales (AFWE, CONGAD, OVD…) qui n’ont pas seulement des noms, mais aussi des taches au service des plus vulnérables en Afrique : les femmes.

Aujourd’hui, Soukeyna Ndiaye Ba a plus d’une vingtaine d’années d’expériences dans divers domaines de la vie sociale et économique. Mais elle est loin de fermer ce livre de réussite. Alors de nouvelles pages de défi et de combat pour ses principes se défilent ici et ailleurs.   Soukeyna Ndiaye Ba est actuellement Directrice Exécutive de la Fondation INAFI international, un réseau mondial de plus de 300 institutions de Micro finance en provenance des pays du sud. Fierté et référence.

Plus d'articles Connexes