Grâce au riziculteur camarguais Bernard Poujol, une technique innovante de riziculture biologique est en train d’être expérimentée dans la région de Ziguinchor. Il s’agit de cultiver du riz en Casamance, mais à la place de l’homme qui s’époumonait pour enlever les herbes, ce sont des canards qui seront introduits dans le champ pour débarrasser les rizières des mauvaises herbes, ainsi que des insectes nuisibles et les fertiliser en même temps.
La pratique de cette méthode agro-écologique est d’autant plus intéressante car elle implique l’utilisation des cheptels de canards favorisant ainsi l’élevage de ces oiseaux. En effet, la riziculture par les canards est une méthode qui nécessite 80 à 100 canards par hectare. Cependant, Il y a une technique de dressage des canards qu’il faudra adopter.
De plus, ce projet « novateur » qui vise à booster les rendements rizicoles permet également d’éliminer la pénibilité du travail des femmes dans les rizières en Casamance, mais aussi de stopper l’utilisation des intrants chimiques. Selon l’initiateur du projet c’est une agriculture qui n’a pas besoin de chimie. Les défécations des canards à longueur de journée dans le champ suffisent pour fertiliser le sol. C’est donc une agriculture qui permet d’entrer dans la modernité sans tomber dans la servitude de la chimie.
En partenariat avec l’ONG Agir autrement pour le développement en Afrique (AGADA) et les Conseils départementaux d’Oussouye, de Bignona et de Ziguinchor ; Ce projet de Bernard Poujol s’étale sur quatre années avec un financement de plus de 93 millions de Francs CFA, soit plus de 30 millions par année. La mise en œuvre de cette méthode novatrice de riziculture biologique dans la région de Ziguinchor fait actuellement l’objet d’un important projet intitulé « Agro-écologie pour le développement économique en Casamance ».

Plus d'articles Connexes