«Le temps est venu de moderniser l’élevage en aidant l’éleveur sénégalais à fructifier son capital, mais surtout à faire face aux situations imprévues par la souscription d’une assurance agricole ». Cette phrase du président de la république Macky SALL, extraite de son discours prononcé lors de la journée de l’élevage à KHOUGHEUL en 2016, cadre parfaitement avec l’un des objectifs que le Projet d’Appui à la Modernisation de la Filière Animale (PROMOFA) s’est fixé. Inscrit dans le programme du Plan Sénégal Emergent (PSE), le PROMOFA y coexiste avec trois autres projets, dans le cadre du plan national de développement de l’élevage, avec un financement total de 34milliards de francs CFA. Ces  quatre (4) projets majeurs ont été inscrits  dans le Plan d’Actions Prioritaires du PSE :

  • Le Projet de Développement de l’Aviculture Familiale (PRODAF) ;
  • Le Projet d’Appui à la Modernisation des Filières Animales (PROMOFA) ;
  • Le Projet de Développement de l’Elevage en Basse et Moyenne Casamance (PRODELEC) ;
  • Le Projet d’Appui au Développement de la Filière laitière (PRADELAIT).

Le PROMOFA a été élaboré en se basant sur les sur les résultats de l’évaluation de la deuxième phase du PAPEL (Projet d’Appui à l’Elevage). C’est ce projet, financé par le FAD, et dont la première phase s’est déroulé d’aout 1992 à juin 1999 et la deuxième phase d’Avril 2002 à Décembre 2008, qui a ouvert les perspectives du PROMOFA en 2016.

C’est ainsi que le PROMOFA est financé à hauteur de 16 (seize) millions de francs Cfa pour une durée de six (6) ans. Il ne couvre que les  Régions de Kaolack, Fatick, Kaffrine, Diourbel,

Thiès, Louga, Matam et Saint-Louis (zone sylvopastorale et bassin arachidier).

Le projet d’appui à la modernisation des filières animales vise à contribuer à la réalisation de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté. Dans un cadre plus restreint, son objectif spécifique est d’accroître la production de viande et de lait mais aussi d’augmenter le revenu des éleveurs.

      Pour y arriver, le projet sera mis en œuvre au travers des composantes suivantes :

  • Le Renforcement de l’intensification des filières lait et bétail-viande
  • La Gestion durable des écosystèmes
  • Le Renforcement des capacités des professionnels de l’élevage
  • La Diversification de l’accès à des services financiers durables
  • La Gestion du projet

Ainsi, à la fin du projet, la production additionnelle de lait devrait atteindre 20 millions de litres, la production additionnelle de viande devrait faire passer la consommation per capita de 12 kg à 15 kg ; et les revenus des éleveurs, augmenter de 25.000F CFA et de 7 millions de FCFA suivant la catégorie des éleveurs concernés.

Dans un souci de redynamiser le secteur de l’élevage et de renforcer les productions annuelles des animaux en lait et en viande, Le PROMOFA constitue ainsi un levier majeur pour réduire la pauvreté et atteindre la sécurité alimentaire. Toutefois, comme tout projet, sa mise en œuvre et son financement ne suffiront pas pour atteindre les résultats escomptés, il faudra aussi un accompagnement et un suivi régulier des acteurs concernés, pour atteindre les objectifs fixés.

Franck O. SAMBOU

Plus d'articles Connexes