Au niveau du secteur primaire, l’agriculture table sur un taux de croissance et continuera à bénéficier du soutien du Produit intérieur brut (PIB) dans la poursuite du PRACAS (le PIB de l’ordre de 7% en 2018, suivant les projections contenues dans un document du Programme budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2018-2020). « Globalement, pour l’année 2018, le dynamisme de l’économie sénégalaise devrait se consolider avec un taux de croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel projeté à 7% contre 6,8% en 2017 », écrit ce document présenté jeudi soir par le ministre de l’économie, des finances et du plan, Mr Amadou Bâ, au cours d’une séance plénière à l’Assemblée nationale.
 Selon le DPBEP, l’amélioration du PIB devrait être portée par  le renforcement des secteurs secondaire et tertiaire avec des hausses  de croissance attendues respectivement entre 7% et 7,4% . La valeur ajoutée du secteur primaire, bien qu’attendue en ralentissement par rapport à 2017, afficherait une croissance de 6,9%.  La gestion des finances publiques devrait-il être « marquée par la poursuite de l’accroissement des recettes budgétaires, la maîtrise des dépenses de fonctionnement et l’amélioration de la qualité des dépenses d’investissement », ajoute-t-il.  Au total, en 2018, le déficit budgétaire devrait être réduit à 3,0% après 3,7% en 2017. Sur le moyen terme, cette orientation sera confortée et le déficit budgétaire se maintiendrait en moyenne à 3,0% sur la période 2018-2020 », soutient la même source.
Source : Editoweb
Plus d'articles Connexes