En raison de son caractère transfrontalier, la grippe aviaire, hautement pathogénique, constitue une menace réelle pour la santé animale et humaine. Pour faire face à la menace, le Sénégal préconise un plan d’intervention  d’urgence en vue de disposer d’un outil avec toutes les indications nécessaires pour contenir une crise sanitaire majeure.

Le Sénégal est sur le pied d’alerte depuis que l’épidémie de grippe aviaire sévit dans la sous-région. Selon nos confrères du soleil .sn, la recrudescence de la maladie dans les pays voisins a conduit le Sénégal à renforcer ses actions de prévention et de  lutte contre la maladie, avec l’appui de la FAO, pour un plan d’action réactualisé et orienté vers l’approche pluridisciplinaire et multisectorielle de la prévention et de la lutte contre la grippe aviaire.

La préparation à la lutte avec l’élaboration d’un plan d’intervention d’urgence, l’appui à la filière avicole dans le renforcement de capacités en biosécurité; les mesures de soutien et de compensation des aviculteurs victimes d’abattage sanitaire. « Dans un tel contexte, le renforcement de l’élevage exige la surveillance épidémiologique intégrée, la prévention et  le contrôle harmonisés et coordonnés des maladies à fort impact sanitaire et économique, à l’interface homme- animal-environnement  aux niveaux national et régional», assène Aminata MBENGUE NDIAYE.

Il faut noter que c’est  en 2006 que le premier  cas de grippe aviaire a été signalé au Nigeria. Mais à cette période, le Sénégal avait déjà lancé un plan national de prévention et de lutte contre la grippe aviaire. C’est ce qui a permis au pays de sortir indemne de cette pathologie.

Le Sénégal, conscient que la communication joue un rôle important et stratégique dans le renforcement des actions de prévention et de contrôle de la maladie, dans la gestion d’une crise en santé animale, le ministre de l’Elevage et des productions animales entend ériger en priorité la maitrise de la communication par les services de vétérinaires.

Depuis l’avènement de l’influenza aviaire hautement pathogène dans le monde, le Sénégal avait adopté une stratégie de prévention et de contrôle de la maladie. Celle-ci était  axée sur l’interdiction de  l’importation des produits de l’aviculture et des matériels avicoles usagés ; le renforcement de la vigilance aux frontières, la mise en place d’un système intégré de surveillance épidémiologique, le renforcement des capacités de diagnostic du laboratoire national de l’élevage et de recherches vétérinaires ; la mise en place des campagnes de communication et de sensibilisation des populations sur la maladie.

L’aviculture est l’un des  secteurs qui a connu une croissance fulgurante au cours de ces dernières années  en Afrique de l’ouest particulièrement au Sénégal mais ce développement est souvent freiné par certaines épidémies comme la grippe aviaire contre lequel le ministère de l’élevage est tenu de lutter.

 

Seynabou Diop

Plus d'articles Connexes