La Production laitière des vaches locales au Sénégal est considérée faible comparée à celle des vaches d’origines étrangères. La race canadienne, la Ayrshiere, la Montbelliarde ou encore la plus connu, la race Holstein souvent distinguée de par sa robe noir et blanche, sont des races connues à travers le monde pour la productivité et la qualité du lait qu’elles offrent. Des études réalisées sur ces races en Europe particulièrement au Danemark ont montré qu’elles peuvent produire jusqu’à 35L par jour, et ont une longévité de production très intéressante. Cependant elles ne s’adaptent pas très bien aux conditions climatiques du Sénégal, et les faire importer demande un investissement au prix fort. C’est pourquoi de plus en plus, avec l’aide de la science, les fermiers au Sénégal ont recours à l’insémination artificielle afin de produire des vaches métissées qui pourront produire une quantité de lait de 15L à 20L par jour. Le métissage de la race locale avec les races d’origine Européenne ou américaine permet de contourner les problèmes de transport, de maladies, et surtout d’adaptation.
Il faut comprendre que L’insémination est une solution apportée aux éleveurs pour beaucoup de problèmes lies à l’élevage des bovins. Elle est de plus en plus adoptée et encourager par l’état qui a crée un centre international d’insémination artificielle chez DAARA ou l’on retrouve des sélections génitales importés d’Europe.
L’insémination demande une expertise et une formation spécialisée en la matière pour les vétérinaires, et par conséquent bien choisir les cabinets ou les docteurs est la première étape à suivre afin de répondre aux normes et exigences nationales et internationales

Plus d'articles Connexes