Mme Aminata Mbengue Ndiaye, le ministre de l’Elevage et des Productions animales a lancé officiellement, le week-end dernier à Saly-Portudal, la Campagne nationale de vaccination avec marquage des moutons et chèvres dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie mondiale pour l’éradication de la peste des petits ruminants. En ce sens, elle a fait part de la tenue de la cérémonie officielle de la Journée nationale de l’élevage 2018 à Ranérou, dans la région de Matam, le 23 novembre autour de la «Lutte contre la peste des petits ruminants». Elle a expliqué l’importance de la lutte contre la peste des petits ruminants au niveau de l’Union européenne et de la Fao.
Selon Mme Aminata Mbengue Ndiaye, une enveloppe de 340 millions de dollars est retenue pour participer à l’éradication de la peste des petits ruminants. La date retenue pour y parvenir reste l’horizon 2030. A l’en croire, les pertes occasionnées par la peste des petits ruminants sont estimées à 600 milliards de francs. Madame le ministre de l’Elevage et des Productions animales a tout de même insisté sur la nécessité de bien planifier et d’organiser les budgets pour la réalisation des actions à mener. Ainsi le partenaire qui vient va les trouver dans l’action. Par conséquent, elle a révélé des infos recueillies de la Fao, sur les efforts de cet organisme concernant la santé du bétail et notamment celle des petits ruminants. Ajoutant que l’Union européenne entend mener des actions dans le but de moderniser les services de l’élevage.

La recherche de partenariat est conseillée dans la lutte contre la peste des petits ruminants. Elle a aussi insisté sur la démarche enclenchée pour atteindre l’objectif visé en mettant le doigt sur la nécessité de multiplier les acteurs. Cette rencontre a été précédée, le week-end, de la présentation du bilan de la Campagne de vaccination 2017-2018 et des modalités d’organisation de celle de 2018-2019.

Pour réussir la mise en œuvre de cette option, le renforcement des capacités institutionnel et financier pour la vaccination va contribuer, à coup sûr, à l’éradication de la peste des petits ruminants. L’Ordre des vétérinaires, par la voix de son président, a demandé la régularisation des prestations et services dus au titre des années 2016, 2017, 2018 aux vétérinaires privés, des sentinelles de la santé animale. Les docteurs vétérinaires ont souhaité l’utilisation des radios communautaires pour une bonne couverture médiatique.

Plus d'articles Connexes