Dans le cadre de son programme MM4P pour l’expansion des services financiers digitaux, l’UNFCD a organisé un atelier ce Mercredi 25 juillet pour discuter de la finance digitale et chaines de valeurs notamment sur la filière rizicole.

La digitalisation de la chaine de valeur agricole constitue aujourd’hui une opportunité à saisir au Sénégal. C’est dans ce contexte que l’UNCDF en collaboration avec la Banque Nationale de Crédit Agricole du Sénégal (CNCAS) ont décidé d’accompagner les petits producteurs de riz qui n’ont pas souvent accès aux services de financements classiques afin qu’ils soient plus performants.


« La finance digitale permet d’augmenter la productivité des agriculteurs en leur permettant d’avoir les informations sur les prix des marchés mais également de connecter les acheteurs et les producteurs afin qu’ils puissent écouler leurs productions le plus tôt possible » a déclaré Mme Sabine Mensah, coordonnatrice du programme mobile for money (MM4P) pour la finance digitale de l’UNCDF qui est une agence des nations unies.
Cependant pour vendre la finance digitale, selon Mme Sabine et gagner la confiance des producteurs qui sont, pour la plupart des gens issus des milieux ruraux avec un faible niveau d’alphabétisation, il faut un certain nombre de pré-requis. Il s’agit notamment de renforcer l’éducation financière au niveau des zones rurales, l’accès à l’information mais également l’accès aux réseaux qui constituent un élément essentiel dans la stratégie de finance digitale. Sur ce dernier point, l’exemple de l’UNCDF de l’Ouganda est jugé assez inspirant par tous les acteurs avec un système de garantie qui incite les opérateurs de téléphonie à investir dans les zones rurales et de se faire rembourser en cas de non-retour à l’investissement au bout d’un an.
Pour Monsieur Waly Clément Faye, Chef de ce projet au niveau de l’UNCDF, le digital est un accélérateur incontournable qui permet aujourd’hui en un peu de temps de renforcer l’accès des populations défavorisées aux services financiers. « Le digital appliqué à l’agriculture permet aux petits producteurs agricoles d’avoir rapidement accès à des services financiers comme les crédits, l’épargne ou bien les paiements mais également à des services non financiers comme l’accès à informations sur le marché, sur la météorologie et en fin sur les bonnes pratiques agricoles ».
Toutefois même si le schéma est très clair sur la démarche à adopter pour la réussite d’un tel projet, force est de constater que la finance digitale n’est pas un secteur que tout le monde maitrise. C’est dans ce cadre que s’inscrit le groupe de travail organisé par l’UNCDF au Sénégal sous le thème « la finance digitale et les chaines de valeurs agricoles ».

Plus d'articles Connexes