Après quatre longues années de recherches parrainées par l’Agence américaine pour le développement international (USAID), Feed the future, une structure basée à Accra, au Ghana, a mis en place un appareil baptisé “Grain Mate” dont l’objectif est de combattre et réduire les pertes de graines post récoltes.

Selon la dernière livraison de la revue “Sci Dev Net”, organe qui paraît sous forme de newsletter et qui accompagne le développement scientifique dans le domaine de l’agriculture en Afrique, cet appareil permet de réduire ces pertes de graines à hauteur de 38%.

Le travail ayant permis la mise en place de cet appareil a été mené par une équipe composée d’un chercheur principal du département de l’Agriculture des Etats Unis et quatre étudiants diplômés de l’Université des sciences et techniques Kwame Nkrumah d’Accra (KNUST), sélectionnés pour l’assemblage local des humidimètres.

Il s’agit d’un appareil dont l’importance est illustrée par un chiffre. En effet, «les pertes dues aux contaminations par les aflatoxines sont estimées à 1,2 milliard de dollars par an (environ 641 milliards de francs CFA) pour les seules économies africaines», selon l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA).

Le nouvel appareil «Grain Mate» est livré avec toutes les fonctionnalités: «lecture de l’humidité, affichage de l’historique des valeurs testées, alerte lorsque la lecture est prête et accès aux guides et didacticiels».

Kwabena Ado Gyamfi, coordinateur-pays du laboratoire innovation après récoltes et producteurs de semences, note que «la plupart des producteurs de céréales, petits exploitants, sans esprit commercial affirmé, et cultivent pour leur propre consommation, tout en vendant l’excédent pour gagner leur vie, sont confrontés à un véritable problème».

La cause des pertes des céréaliculteurs est imputable au fait que «les céréales ne sont pas complètement séchées après la récolte, ce qui permet aux insectes (charançons) de les ingérer, créant ainsi un environnement propice aux infections fongiques et entraînant des pertes».

Les créateurs explorent actuellement les opportunités d’un usage rapide de la nouvelle application en Afrique, au prix de 105 dollars (soit environ 60.000 FCFA). Les petits exploitants, aux moyens limités ne leur permettant d’acquérir «Grain Mate», pourront bénéficier du concours d’organisations non gouvernementales (ONG) pour en être équipés.

Au plan scientifique, «les aflatoxines sont produites par des champignons qui se développent sur les céréales comme le riz, le maïs, le sorgho, le millet… soit l’essentiel de la production, en Afrique de l’Ouest notamment.

Plus d'articles Connexes