Un nouveau procédé pour transformer les déchets issus de la transformation des mangues en énergie a été mis au point par Dieudonné Ouédraogo, doctorant en sciences exactes et appliquées à l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, spécialiste en énergies renouvelables.

Un kilo de déchets de mangues donne 0,061 m3 de biogaz, rapporte 24haubenin. Or, au Burkina Faso, 300 000 tonnes (t) de mangues sont produites chaque année et une partie importante est absorbée par les industries agroalimentaires, souligne le président de l’Association professionnelle des exportateurs et commerçants de mangues du Burkina Faso (Apromba), Issiaka Bougoum. La production de mangues séchées a totalisé 2 774 257 t en 2018, selon l'Association, avec à l'appui d'importants volumes de déchets.

Le biogaz ainsi produit serait une alternative au gaz butane. "Le gaz butane est très utilisé dans les unités de transformation de mangues séchées […] alors qu’elles produisent beaucoup de déchets humides que sont les mangues mûres, pourries, les peaux qui peuvent leur permettre de produire de l’énergie en quantité et sans coût", explique le chercheur.

Notre confrère rappelle l'existence d'autres technologies dont le séchoir tunnel inventé en Afrique du Sud, ou encore l’Attesta, un autre type de séchoir, mais qui ne produit que 20kg/jour de mangues séchées contre 250 kg/jour pour le tunnel. En outre, le tunnel sèche en 16h contre 24h et " utilise une chaudière avec comme combustible des coques d’anacardes et des noyaux de mangue, réduisant ainsi de façon significative la facture énergétique de l’entreprise", précise notre confrère.

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires

Nos partenaires