Le troisième volet de la série de conférences « Beating famine » s’ouvre ce mardi 26 février 2019 à Bamako avec comme objectif s’inspirer des résultats de la RNA et de ses succès qui ne cessent de se répéter pour inspirer un mouvement continental sur la RNA. IED Afrique participe aux cotés de Both Ends aux trois jours de partage et de plaidoyer.

Bamako, le 26 Février 2019 - Beating Famine est une conférence annuelle organisée au Sahel pour débattre de la restauration des terres, de l’agriculture intelligente et du reverdissement en général. Organisée cette année à Bamako, le sommet se déroulera du 26 au 28 février 2019 et met l’accent sur la diffusion à grande échelle des succès éprouvés en matière de régénération naturelle assistée (RNA).

Des participants de tout le Sahel, ainsi que des partenaires financiers et techniques et des représentants de gouvernements, d’universités, d’organisations locales et de groupes de la société civile seront ainsi réunis à Bamako pour échanger des expériences et accélérer le mouvement de reverdissement et de restauration de terres, qui sont les premiers leviers dans le renforcement de la sécurité alimentaire et de la nutrition au Sahel.

Comprendre comment et pourquoi le Sahel est en train de reverdir

L’Afrique de l’Ouest est considéré aujourd’hui comme un leader mondial du mouvement de restauration des terres. En effet, les nombreuses initiatives achevées ou en cours et les succès remarquables en restauration environnementale et agricole depuis maintenant plus de 20 ans sur la partie ouest africaine du continent sont autant d’évidences et d’expériences que les acteurs doivent capitaliser ou mettre à l’échelle.

Pour beaucoup d’observateurs, grâce à la RNA, l’Afrique peut jouer un rôle majeur à jouer dans l’atteinte des objectifs de l’agenda 2030. Le potentiel de reverdissement est en effet énorme sur le continent, et pour concrétiser les ambitions de l’agenda 2030, on estime à 10 millions d’ha la superficie à restaurer ou reverdir par an d’ici 2030 au Sahara et dans la région du Sahel.

Dans un tel contexte, il apparaissait important pour les multiples organisations intervenant sur les questions de reverdissement au Sahel de se réunir en sommet afin de créer un mouvement plus efficace.

Box 1 : QU’EST-CE QUE LA RÉGÉNÉRATION NATURELLE ASSISTÉE ?

La Régénération Naturelle Assistée (RNA) est un terme générique qui englobe une variété d’initiatives de « reverdissement menée par les agriculteurs ». Ainsi, la RNA est toujours à base communautaire, menée et dirigée par les agriculteurs, à faible coût ; elle améliore la sécurité alimentaire locale ainsi que la stabilité écologique à long terme. Les acteurs centraux, ce sont les agriculteurs convaincus de l’importance de la protection et la plantation d’arbres sur leur exploitation. La propriété relève de la population locale par le biais de la mise sur pied de comités villageois qui sont le pilier de la Régénération Naturelle Assistée et en contrôlent la mise en œuvre. Un facteur est essentiel pour que la RNA soit mise en place avec succès dans la communauté : la conclusion d’un accord entre les agriculteurs du village et d’autres utilisateurs des terres tels que les éleveurs de bétail et les populations nomades (transhumances) sur l’utilisation des terres et la protection des semis contre « le bétail et la hache », en particulier au cours des premiers trois à quatre ans. En récompense de ces efforts, chacun profite de ressources grandissantes : les éleveurs ont accès à davantage de biomasses (fourrage) et les agriculteurs au fumier des troupeaux (excréments laissés sur place).

Restaurer 100 millions d’hectares de terres dégradés d’ici 2030

A travers cette conférence, les organisateurs souhaitent également attirer l’attention sur plusieurs initiatives de restauration d’envergure actuellement en cours sur le continent, à savoir l’Initiative de restauration des paysages forestiers africains (AFR100) et son objectif de restauration de 100 millions d’hectares de terres dégradées, la Grande muraille verte pour le Sahara et l’Initiative du Sahel, et le Plan d’action des Nations Unies pour le Sahel.

La conférence s’appuie également sur les efforts et les succès d’autres initiatives et programmes clés dans la région, tels que le projet de World Vision et Groundswell International « Eco Agriculture in the African Sahel » mis en œuvre au Mali, au Burkina Faso et au Ghana, ou encore le projet " Building Resilience in Africa Drylands " mis en œuvre par la FAO avec des partenaires.

Environ 500 représentants de gouvernements nationaux, d’ONG internationales, d’agences des Nations Unies, d’institutions régionales, d’organisations communautaires, d’instituts de recherche, de partenaires financiers et techniques, du secteur privé et d’organisations internationales spécialisées sont ainsi attendus à Bamako pour prendre part à la conférence.

Partager l’expérience du projet « Les communautés reverdissent le sahel »

IED Afrique et Both Ends, dans le cadre du programme « Les Communautés reverdissent le sahel » (CRS) ont répondu présent à l’invitation du sommet avec pour objectif de partager leur expérience de reverdissement par les communautés actuellement mis en œuvre au Sénégal, au Burkina Faso et au Niger, avec l’appui financier de DOB Ecology.

Mis en œuvre sur dix ans, le programme CRS entend d’une part, reverdir dans les trois pays une superficie totale de 200.000 hectares grâce à la régénération naturelle assistée exécuté par et pour les communautés, et d’autre part mettre en place toutes les conditions nécessaires à un effet « boule de neige » résultant en un déploiement à grande échelle de la Régénération Naturelle Assistée dans ces trois pays.

 

 

 

 

IED AFRIQUE

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires

Nos partenaires