Widim pompe, irriguer son champ à distance

Oumar Basse, seulement 27 ans et déjà à la tête de deux startups offrant des services aux agriculteurs au Sénégal. Widim Pompe permet à l’agriculteur de se connecter à sa pompe d’irrigation tandis que Yobanté Express lui assure des livraisons rapides et sécurisées. 

Interview exclusive de Oumar Basse à CommodAfrica au Salon international de l'agriculture (SIA) à Paris, en marge de la conférence « Digital Africa : catalyseur de l’innovation agricole » organisé sur le stand de La Ferme digitale, une association qui promeut l’innovation et le numérique dans l’agriculture et qui a reçu 10 start-up africaines. Digital Africa est une plate-forme d’appui à l’innovation en Afrique initiée par l’Agence française de développement (AFD).

 

« Au Sénégal, nous avons 50 000 exploitants agricoles qui sont à plus de 5 km de leur ménage donc ces agriculteurs marchent chaque jour plus de 10 km rien que pour appuyer sur le bouton de leur pompe électrique. Ils perdent du temps, dépensent de l’argent. D’autres embauchent un salarié pour réaliser cette prestation pour un coût de FCFA 50 000 (€75) par mois» indique Oumar Basse. Fort de ce constant, l’ingénieur en système d’information a développé, avec deux autres cofondateurs de Nano Air, une solution de télé-irrigation Widim Pompe permettant aux agriculteurs via un téléphone de base ou un Smartphone d’irriguer leur champ à distance et de recevoir des statistiques d’utilisation en eau et électricité. Ils peuvent aussi être notifié en cas d’intrusion sur le site d’installation de la pompe. Le coût de Widim Pompe est de FCFA 50 000 pendant quatre mois avec une garantie de deux ans. « Widim Pompe permet aux agriculteurs de gagner en moyenne jusqu’à 2 heures par jour, 30 m3 d’eau et 30 kWh d’électricité. Des avantages largement mesurables par l’agriculteur » précise Oumar Basse. 

img_0824.jpg

 

Passer à l’échelle

Aujourd’hui, plus de 250 pompes ont été vendues. Jusqu’à présent, les boitiers sont fabriqués à la commande. Après avoir remporté le prix spécial Agri Startup Summit 2018, Nano Air compte produire en petite série – six boîtiers par jour - avec un minimum d’investissement dans un petit laboratoire, une imprimante trois D et des moulages. Si la solution a été développée au Sénégal, elle sera commercialisée dans d’autres pays en Afrique. « Nous avons déjà des commandes du Maroc, de la Zambie, du Mali, du Niger. Dans ce dernier pays nous avons un concurrent mais sa solution est dix fois plus onéreuse que la notre » précise Oumar Basse. 

 

Livrer au dernier kilomètre

En parallèle, le jeune ingénieur a lancé une plateforme digitale de livraison dans tout le Sénégal, Yobanté Express (YES), créée au départ pour livrer leurs produits aux agriculteurs. Mais, Yes transporte aujourd'hui tout colis et permet aussi aux agriculteurs d’accéder aux marchés urbains en assurant la logistique de leur production. YES dispose d’un réseau de 250 points relais et d’une flotte de 350 transporteurs indépendants. « Nous faisons la livraison au dernier kilomètre et nous la démocratisons. A Dakar, vous pouvez livrer vos produits à partir de FCFA 1200 maximum FCFA 1700. Nous sommes donc largement concurrentiel avec le meilleur prix et en même temps nous livrons toutes les régions du Sénégal. Nous avons commencé il y à 6 mois avec au démarrage 5 livraisons par jour et maintenant nous sommes à 70 livraisons  et l’objectif est d’atteindre 250 d’ici deux mois » indique Oumar Basse. Si dans un premier temps, YES va consolider sa base au Sénégal, il se lancera ensuite à la conquête d’autres pays.

 

 

 

 

commodafrica

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires