Benoit Thierry, représentant régional du Fonds international de développement agricole (FIDA) a estimé que la promotion d’une agriculture moderne tournée vers le marché passe par une gestion durable des exploitations familiales.

« Le FIDA mise sur l’agriculture familiale pour booster la productivité agricole en Afrique. Cela demande un effort, autant du gouvernement que du privé et l’implication des jeunes », a avancé Benoit Thierry, représentant régional du Fonds international de développement agricole (FIDA) au cours d’un atelier de partage d’expériences Sud-Sud, tenu jeudi 28 mars 2019 à Dakar, dans le cadre d’un projet de promotion de l’emploi des jeunes dans l’agriculture. 

De l’avis de Benoit Thierry les exploitations familiales jouent un rôle capital dans la promotion d’une agriculture moderne. Dans cette perspective, l’expérience du FIDA « a confirmé que l’appui aux jeunes ruraux nécessitait une approche d’intervention holistique visant à apporter les réponses adaptées aux problèmes d’emplois des jeunes ruraux ».

Selon lui, la mise en place d’une telle approche au Sénégal, revient à répondre aux questions touchant à la gestion la gestion durable des exploitations familiales dans le contexte d’une agriculture moderne tournée vers le marché.

« Nous sommes convaincus que tous les petits agriculteurs de tous les pays » de la zone du Sénégal « peuvent nourrir leurs pays, fournir de l’emploi et enrichir les producteurs », a-t-il déclaré.

Pour ce faire, il faut moderniser l’agriculture « pour qu’elle produise beaucoup plus. Cela, la jeunesse peut le faire, car elle est formée et était à l’école et sait ce que sait que de prendre des crédits et investir de manière moderne », a souligné le représentant régional du FIDA.

Il estime par ailleurs que « d’ici 35 ans, la population africaine sera de 2 milliards de personnes », ce qui « va nécessiter des besoins en nourriture immenses ».

M. Benoît note que « pour nourrir tout ce monde, il faut alors multiplier la production agricole par 5. C’est en ce sens que ce projet va contribuer à opérationnaliser la stratégie du gouvernement sénégalais pour la promotion de l’emploi des jeunes dans les secteurs productifs notamment l’agriculture », relève-t-il.

L’insertion économique des jeunes dans l’agriculture, le renforcement des capacités professionnelles et techniques des jeunes des zones rurales, sont notamment autant d’objectifs poursuivis par ce projet, a-t-il renseigné.

Les ambitions nourries par cette initiative s’appuient « sur un diagnostic établissant une situation analogue des jeunes en Afrique subsaharienne avec quelque légères spécificités », a-t-il expliqué.

Il ajoute : « Nous voulons prendre les jeunes à partir de leur village et souhaitons collaborer avec des projets déjà existant pour être le plus complémentaire possible ».

Pour le cas du Sénégal, ce projet va concerner toutes les 14 régions et va impacter « près de 200 mille personnes » pour une enveloppe financière de 70 millions de dollars, soit plus de 40 milliards de francs CFA, a précisé Thierry Benoît.

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires