Le gouvernement sénégalais met l'agriculture familiale au cœur de sa politique d'autosuffisance alimentaire. Et pour ce faire, des directives volontaires sont en cours d'élaboration dans un cadre de négociations qui se veut concertées, entre l’ensemble des acteurs agricoles, a souligné, lundi, le président du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), Nadjirou Sall. Il s'exprimait lors d’un atelier de deux jours portant sur la validation des directives nationales sur l’agriculture familiale

En terme de calendrier, le responsable voudrait que ce consensus soit dégagé très vite pour que les directives puissent être appliquées durant cette décennie 2019/2028 consacrée à l’agriculture par les Nations unies.

 

’Nous sommes en train de vouloir négocier au niveau du pays sur des principes qui permettraient de faire fonctionner les bonnes politiques de l’agriculture familiale’’, a-t-il expliqué, rapporte PAS.

 

Plus précisément, il est question de statut de l’exploitation familiale et des organisations professionnelles agricoles, de la reconnaissance par l’Etat du métier d'agriculteur, de la création d'un registre national unique des exploitations familiales reposant sur une typologie et un bon ciblage, ainsi que de la mise en œuvre d'une politique foncière élaborée de façon consensuelle. Ceci permettrait, notamment, d'autonomiser les femmes et les jeunes. ’’Afin d’assurer la protection nécessaire au développement des exploitations familiales, il est essentiel de revoir les politiques de privation et de dérégulation’’, indique le texte.

 

Il s'agit, d'autre part, pour l'Etat de prendre des mesures afin de rendre fonctionnel la recherche agro-sylvo-pastorale et halieutique national avec à la clef la hausse de son budget. Mais il ne s'agit pas de valoriser la recherche per se mais aussi de valoriser les résultats de cette recherche.

 

Commodafrica.com

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires

Nos partenaires